Israel Eliraz dans un de ces poèmes écrit ceci : «  la terre ne s’intéresse à rien qui ne soit semence » et effectivement l’arborescence telle est la condition de l’homme,  saisir l’esprit au travers du corps c’est remettre l’homme sur ses pieds et danser avec le temps.

Advertisements